Les jeux paralympiques 2024 pour déficients visuels – JO Paris 2024

Retour à Blog

Les jeux paralympiques 2024 pour déficients visuels – JO Paris 2024

Jeux paralympiques d été Paris 2024

Les jeux paralympiques 2024 ouverts aux déficients visuels pour les JO Paris 2024

Les Jeux paralympiques 2024 sera l’événement où le monde entier portera un regard différent sur le handicap.
Impressionnés par leur dextérité, leur force mentale et leur joie de vivre, subjugués par la qualité du jeu, chaque nation admire et encourage ses athlètes.

En 2024, Paris accueillera pour la première fois les Jeux Paralympiques d’été. Les athlètes déficients visuels sont présents sur plusieurs disciplines, dont le Cécifoot, un des sports adaptés les plus connus du grand public.

Retrouvez tous les sports olympiques ouverts aux déficients visuels, les règles et les particularités du jeu. Entrez dans la peau des héros qui portent haut les couleurs de la France et découvrez, à la fin de cet article, les valeurs qu’ils soutiennent.

L’histoire des jeux paralympiques

L’Angleterre est le berceau des jeux paralympiques. Le docteur Ludwig GUTTMANN, neurochirurgien britannique à l’hôpital Stoke Mandeville, utilisait le sport comme moyen de rééducation pour les blessés médullaires (lésion de la moelle épinière). Pour augmenter la motivation et l’implication de ses patients dans leur rééducation, l’hôpital organisait des rencontres sportives internationales.

Le Docteur Guttmann voulut aller plus loin et suggéra de mettre en valeur les prouesses de ses athlètes, lors des Jeux Olympiques. Les JO de Rome, en 1960, concrétisèrent ce projet et accueillirent « les Jeux internationaux annuels de Stoke Mandeville ». À ce stade, seuls les sportifs paralysés participaient. Mais en 1972, les Jeux s’ouvrirent enfin à d’autres catégories de handicap, comme la déficience visuelle, en démonstration dans un premier temps.

Devant l’engouement grandissant, le Comité international olympique (CIO) décida d’inclure complètement cet événement au sein des Jeux. C’est en 1984 qu’on utilisa pour la première fois le terme de Jeux paralympiques.

Les sports ouverts aux déficients visuels aux jeux paralympiques 2024

22 disciplines sont inscrites au programme des Jeux Paralympiques 2024 de Paris, dont 9 ouvertes aux déficients visuels. Voici « les sports sans les yeux » auxquels le monde assistera, du 28 août au 8 septembre 2024.

Le football à 5 ou Cécifoot

Ce football se dispute entre deux équipes de cinq joueurs. Le ballon dispose d’une clochette pour le situer. L’espace de jeu est de la taille d’un terrain de handball, fermé par des barrières gonflables.

Les joueurs de champ portent un masque occultant, pour mettre tout le monde à égalité. Le gardien est valide et parle aux joueurs en défense. Un guide voyant, situé derrière les cages de but, oriente ses co-équipiers à l’attaque.
Lorsqu’un joueur prend le ballon, il annonce « Voy ! » pour éviter les collisions et augmenter la rapidité de jeu. Les spectateurs, eux, doivent bien sûr rester silencieux.

Le Goalball

Ce sport se joue au sol, par deux équipes de trois, sur un terrain de 18 m x 9 m.
Les lignes de fond représentent les lignes de but.
Les trois joueurs, les yeux bandés, lancent tour à tour la balle. Lorsque le ballon, rempli de grelots, passe cette ligne, l’équipe adverse marque un point. Pour qu’un tir soit validé, le ballon doit impérativement toucher le sol de l’équipe attaquante. La balle roule ou rebondit jusqu’aux cages adverses. L’équipe en défense protège son camp en s’allongeant devant le ballon.

Para-athlétisme

Le para athlétisme existe depuis le début, aux JO de Rome.

Les athlètes sont regroupés par handicap : fauteuil, prothèse, handicap sensoriel, handicap mental. Les déficients visuels participent à la course sur piste, le marathon sur route et plusieurs épreuves de lancer. Selon leur degré de déficience, un guide voyant les accompagne pour les épreuves de courses et un entraîneur les guide pour les épreuves de lancer et de saut.

Para-natation

La para natation, sport paralympique depuis 1960, ouvre la participation à tous les types de handicap. Les déficients visuels utilisent l’aide d’un guide qui leur signale l’approche du bord avec un perche matelassée. Toutes les nages sont au programme : brasse, dos, papillon, nage libre et nages combinées. Plusieurs types d’épreuves de distance mettent les concurrents en challenge.
La natation est le sport par excellence pour maintenir votre forme, quels que soient votre âge et l’importance de vos troubles visuels.

Para-aviron

Le para aviron est une discipline ouverte depuis 2008 aux JO. Les athlètes concourent sur 2000 m, selon une classification de leur handicap. Les embarcations sont mixtes et les déficients visuels sont regroupés avec d’autres handicaps.
Rémy Taranto, atteint d’une atrophie du nerf optique dès la naissance, est aveugle mais surtout médaillé olympique en para-aviron, catégorie quatre de pointe mixte barré PR3. Il utilise sa notoriété pour encourager ses pairs à intégrer une équipe handi-aviron.

Para-judo

Le para judo est la seule épreuve réservée aux déficients visuels. Les règles et le comptage des points sont les mêmes que pour le judo classique. La seule différence est le contact permanent entre les deux judokas. Avant même le coup de sifflet, les adversaires se tiennent par le kimono.

Para-cyclisme

Le para cyclisme est ouvert aux handicaps moteurs (atteinte médullaire, amputation) et à la déficience visuelle. Dans le cas d’une atteinte de la vue, les athlètes disputent la course sur un vélo tandem, avec un guide voyant, appelé pilote.
Ils participent aux épreuves sur piste :

  • contre la montre ;
  • poursuite individuelle ;
  • par équipe.
  • Et aux épreuves sur route :
  • course en ligne ;
  • course contre la montre ;
  • relais.

L’handi-cyclisme est un sport adapté à presque tous les âges. Pour trouver un club près de chez vous, rendez-vous sur l’annuaire des clubs handi-sport.

Para-triathlon

Le triathlon est l’enchaînement de trois épreuves :

  • 750 m de natation ;
  • 20 km de cyclisme sur route ;
  • 5 km de course à pied.

Les déficients visuels effectuent la totalité du parcours avec le même guide. Ce dernier devient son pilote sur le vélo tandem. Un vrai travail d’équipe entre déficient visuel et voyant !

Para-équitation

Les Jeux Paralympiques programment uniquement le dressage. Les déficients visuels font partie des quatre catégories de handicap représentées.
Les épreuves sont les suivantes :

  • épreuve imposée ;
  • reprise libre en musique ;
  • épreuve en équipe.

Les juges notent la qualité de l’équitation, le comportement du cheval aux différentes allures et à l’arrêt, ainsi que la qualité artistique.

Les athlètes déficients visuels : ambassadeurs pour l’égalité sociale

Le sport de haut niveau : un autre regard sur la personne handicapée

Tous les athlètes porteurs d’un handicap se rejoignent sur ce point : le regard extérieur change. On passe de la compassion à l’admiration, de la gêne à la curiosité, des messes basses inquiètes à la demande d’autographe.

Assister à un match de cécifoot est très impressionnant. La qualité de jeu, la précision des placements et la rapidité d’exécution font oublier le handicap visuel. Les spectateurs observent la prouesse technique des joueurs sans la mettre sans cesse en parallèle avec la déficience sensorielle. En fait, bien peu de valides sont capables de parvenir à ce niveau de jeu !

Le sport de haut niveau est une véritable revendication sociale : les athlètes paralympiques montrent à tous qu’une personne porteuse de déficience est capable de tout, même d’exploits sportifs.

Les impacts du sport dans le quotidien

Le sport oblige à développer à l’extrême les autres sens et les autres habiletés. L’ouïe s’aiguise et les réactions du cerveau deviennent plus rapides et précises. Les sensations kinesthésiques – en lien avec le mouvement – sont plus justes : la coordination s’améliore et le déplacement du corps dans l’espace est facilité.

La santé générale s’en trouve améliorée. Trop de personnes victimes d’une déficience visuelle accidentelle ou due à l’âge n’osent plus maintenir leur activité physique. Elles perdent là le pouvoir d’un cercle vertueux inestimable : l’activité physique – même de loisir – contribue au bon fonctionnement cardiaque, intestinal, respiratoire, musculaire (souplesse et force), ainsi qu’à la construction du schéma corporel. Les déplacements sont plus fluides, le risque de chute diminue et la déficience visuelle devient moins handicapante !

Le sport pour améliorer la confiance en soi

Toutes les personnes victimes de cécité ou de déficience visuelle ont des passages dépressifs liés à leur problématique. Voici trois raisons pour utiliser le sport comme anti-dépresseur.

Lorsque vous pratiquez une activité physique, votre corps sécrète des endorphines, l’hormone du plaisir. Un vrai cocktail bienfaisant. Le sport est un excellent facilitateur social. Il permet de rencontrer d’autres personnes et de créer de nouveaux liens.
Vous redécouvrez votre schéma corporel et vos habiletés motrices et reprenez confiance en vous et en vos possibilités.

Ne subissez pas la baisse de votre acuité visuelle. Des solutions existent pour vous aider dans votre quotidien et conserver une vie agréable. Parcourez notre catalogue spécialisé dans la baisse de vision, en cliquant ici.

Retour à Blog